AIGLE DE LA MENOUA : LACOMBE MONTHE VEUT MAINTENIR LE CLUB
Date de publication :10/03/19
Publié par: Mister_K
featured image

Limogé en raison d’une série de mauvais résultats, Ebenezer Seukang a été très rapidement remplacé à la tête de la rapace de la Menoua. Septième du classement de la Poule B en Ligue 2 avec 5 points, le club du président Nkenglifack a choisi Lacombe Monthe pour redresser la barre. Dans un entretien accordé au site Press-Sport, l’ancien entraîneur de Bonaberi fc s'est longuement exprimé sur ses ambitions et les raisons qui l'ont poussé à s'engager avec un club qui traverse une période difficile depuis l'entame de la saison (0 victoire, 5 nuls, 2 défaites): 

« La première motivation c'est le challenge. J'hérite d'un club qui traverse des moments difficiles, il y a donc urgence de redresser la barre. Dans ce type de condition le défi est grand, et si le diagnostic est mal posé, la situation pourrait s'empirer. Donc le challenge me motive et j'espère que je serais à la hauteur, assure le technicien. Ce sera certes difficile, mais je pense que si ensemble on regarde vers la même direction, il n'y a pas de raison qu'on ne réussisse pas ». Il promet aussi « de maintenir le club afin qu'il ne descende pas.»

« L'ensemble du Staff et moi avons fait certaines analyses et nous essaierons d'apporter notre modeste contribution » précise Monthe qui a loué le travail de son prédécesseur : « je respecte le travail qui a été abattu par mon prédécesseur Ebenezer Seukam avec qui j'ai de bonnes relations.»

Avant d'entamer des discussions avec les dirigeants de Aigle, Lacombe Monthe confie avoir obtenu la permission de son ancien employeur et conseillé son successeur : « J'ai pris la peine de bien m'accorder avec tous les dirigeants de Bonaberi FC. J'ai reçu toutes les bénédictions de l'ensemble du Staff. Et j'ai tout de suite proposé un collègue pour me remplacer question de maintenir le cap. »

Pour conclure, le nouvel homme fort du banc de touche de El Pacha dit être un habitué des clubs communautaires  « J'aime les clubs communautaires et j'en ai l'habitude. Il sera question pour moi de gérer toutes ces pressions et difficultés, tout en m'efforçant à produire le résultat escompté dans le cadre de ma mission.» indique celui qui a entraîné Tiko en 2006, Caïman en 2010 et Bamboutos en 2018. 

blog comments powered by Disqus
+DEFOOT SONDAGE

Êtes-vous favorable au retour des auto exclus de la sélection nationale ?

OUI

46 Votes (42.2%)

NON

63 Votes (57.8%)